Aller au contenu principal

Appel de propositions : recherche pour combler l’écart de justice en Afrique et en Asie du Sud-Est

15 février 2021
Le CRDI a le plaisir d’annoncer un appel de propositions pour des projets de recherche pluriannuels sur des approches novatrices en matière d’autonomisation juridique en Afrique et en Asie du Sud-Est. Les organisations locales dirigeront les recherches, qui permettront de promouvoir les droits des groupes vulnérables et de favoriser des institutions plus inclusives et plus responsables.
Des parajuristes font une présentation en plein air aux membres de la collectivité d’Elechi, à Port Harcourt, au Nigeria.
Initiatives pour la justice et l'autonomisation — Nigéria

Grâce à cet appel de propositions, le CRDI produira des données probantes sur la façon dont les activités communautaires visant à obtenir justice pour les violations des droits renforcent la démocratie et protègent les droits de la personne.

Le point de départ des efforts communautaires de justice est le vécu et les problèmes des gens ordinaires : par exemple, une mère qui se bat pour obtenir une pièce d’identité, ou des membres d’une communauté de pêcheurs qui cherchent à empêcher une usine de déverser illégalement des produits chimiques toxiques dans leurs eaux.

Le fossé juridique mondial se creuse. Plus de la moitié de la population mondiale est exclue des possibilités et de la protection pourtant garanties par la loi, et 1,5 milliard de personnes ne peuvent accéder à une aide pour résoudre des problèmes juridiques souvent liés au déni des services publics. Les violations des droits ont de graves répercussions sur le bien-être des gens. Ces répercussions touchent de manière disproportionnée les femmes et les groupes marginalisés et limitent la possibilité d’atteindre les objectifs de développement comme les objectifs mondiaux en matière de développement durable.

Pour relever ces défis, les approches d’autonomisation juridique permettent à toutes les personnes, en particulier les plus vulnérables, de connaître, d’utiliser et de façonner la loi. Les recherches montrent que lorsque les groupes pauvres et vulnérables sont capables de comprendre leurs droits et leurs recours en vertu de la loi, cela transforme leur expérience en tant que citoyens et membres de la société.

Cet appel de propositions vise à catalyser une nouvelle génération de connaissances et de données probantes sur les approches d’autonomisation juridique qui fonctionnent et les conditions dans lesquelles elles peuvent contribuer à la réalisation de changements systémiques, en particulier pour les femmes et les groupes vulnérables. Ces projets de recherche appliquée d’une durée de trois ans contribueront à un programme d’apprentissage plus vaste en matière d’autonomisation juridique. Dirigé par Namati, ce programme vise à combler les lacunes dans les connaissances sur les efforts communautaires de justice et comment ils peuvent aider à remédier aux causes profondes de l’exclusion et de l’inégalité et à promouvoir une meilleure responsabilité publique. L’expérience acquise dans le cadre du soutien aux efforts communautaires de justice apportera des données probantes précieuses sur la manière dont le droit fonctionne en pratique, la façon dont les systèmes publics destinés à protéger les droits ne fonctionnent pas toujours, et les réformes nécessaires.

La COVID-19 a généré une série de défis en matière de justice et de droits de la personne dans les pays du Sud, créant à la fois l’urgence d’agir et l’occasion d’un nouvel apprentissage pour aider à combler le fossé juridique et assurer une réponse et une relance justes.

Pour plus de renseignements et pour poser votre candidature, veuillez vous rendre sur la page de notre appel de propositions.