Aller au contenu principal

De nouvelles normes au Kenya ouvrent la voie aux activités commerciales d'élevage d'insectes

13 mai 2021
Le bureau des normes du Kenya (KEBS) a approuvé de nouvelles normes pour appuyer le développement de produits alimentaires riches en protéines dérivés d'insectes pour la consommation humaine – un coup de pouce prometteur pour les éleveurs d'insectes au Kenya.
Faith Nyamu Wamurango, une agente de recherche du Centre international de physiologie et d'écologie des insectes (ICIPE), à un site de démonstration et d'apprentissage pour l'élevage de mouches soldat noires à Kasarani, au Kenya.
Brian Mwashi / icipe
Faith Nyamu Wamurango, une agente de recherche du Centre international de physiologie et d'écologie des insectes (ICIPE), à un site de démonstration et d'apprentissage pour l'élevage de mouches soldat noires à Kasarani, au Kenya.

Dans le cadre de sa mission d'être le pionnier de la science mondiale en entomologie, le Centre international de physiologie et d'écologie des insectes (ICIPE) collabore avec le CRDI pour mener de la recherche sur l'utilisation d'insectes dans la nourriture de la volaille, des poissons et du porc en Afrique subsaharienne (INSFEED). Une partie du projet a été consacrée à la formation de plus de 200 petites entreprises et 6 000 éleveurs sur l'élevage, l'alimentation et la commercialisation des insectes. Maintenant dans sa deuxième étape, le projet continue de mettre à l'essai et d'examiner les modèles de mise à l'échelle de la production et les débouchés commerciaux pour les petits exploitants au Kenya et en Ouganda.

Occasions d'élevage d'insectes à des fins commerciales

Chrysantus Tanga, responsable du projet INSFEED et chercheur scientifique du ICIPE, a expliqué qu'avec l'élaboration des normes, « de nouvelles occasions se sont présentées pour commencer à développer la chaîne de valeur des insectes afin d'exploiter les possibilités sur toute sa longueur afin de permettre aux producteurs, aux transformateurs et aux fournisseurs, particulièrement les jeunes et les femmes, d'avoir un meilleur revenu grâce à l'élevage d'insectes. »

Le gestionnaire des normes d'alimentation du KEBS, Peter Mutua, a qualifié les nouvelles normes d'étape importante. « Grâce à ce code de pratique, les éleveurs d'insectes, les exploitants et les industries de transformation pourront maintenant obtenir une accréditation, et un certificat du KEBS sera émis pour leurs produits; ils pourront donc vendre leurs produits dans les marchés locaux et à l'extérieur du pays », a affirmé M. Mutua.

Présentation de produits dérivés d'insectes et de documents sur les normes élaborés et publiés par le KEBS.
Brian Mwashi / icipe
Présentation de produits dérivés d'insectes et de documents sur les normes élaborés et publiés par le KEBS.

Vue d'ensemble de la valeur de l'élevage d'insectes

L'élevage d'insectes offre des avantages potentiels pour la société dans son ensemble. Une étude du ICIPE réalisée en 2020 a révélé que si on remplaçait 50 % de la farine de poisson utilisée traditionnellement pour l'alimentation des animaux par des insectes, il y aurait suffisamment de poisson et de maïs pour nourrir jusqu'à 4,8 millions de personnes supplémentaires chaque année au Kenya. Ce changement pourrait également améliorer les possibilités d'emploi en créant 33 000 emplois tous les ans, ce qui pourrait contribuer à réduire la pauvreté de 3,2 millions de personnes. Selon l'étude, les insectes pourraient recycler jusqu'à 18 millions de tonnes de déchets en engrais à base de sciure et d'excréments pour les cultures agricoles chaque année, favorisant des villes plus écologiques et aidant à lutter contre la pollution.

Ce projet fait partie du fonds Cultiver l'avenir de l'Afrique (CultivAf), financé par le CRDI et l'Australian Centre for International Agricultural Research.