Aller au contenu principal

Un projet sur l'intelligence artificielle fournit des données clés sur la pandémie aux décideurs politiques en Afrique

22 novembre 2021
Un projet de recherche sur l'intelligence artificielle (IA) joue un rôle essentiel dans la prise de décisions de santé publique en temps de pandémie dans plusieurs pays d'Afrique. Le Centre de recherches pour le développement international (CRDI) travaille de concert avec des équipes de recherche comprenant les chefs des groupes de travail nationaux qui contribuent à faire en sorte que la recherche se traduise par des mesures concrètes.
Residents of Gugulethu, South Africa, wearing masks.
Tommy Trenchard/Panos Pictures
Résidents de Gugulethu, Afrique du Sud : Les tableaux de bord surveillent la transmission de la COVID-19; identifient des groupes de personnes présentant un risque plus élevé d'infection, et assurent que les interventions de santé publique sont équitables

Au centre de ce projet de modélisation prédictive et de prévisions, il y a la création de tableaux de bord fondés sur l'IA et les données qui affichent de l'information pertinente au niveau local à l'intention des décideurs politiques et du public. Ces modèles servent de tableaux de bord officiels au Botswana, au Nigeria, en Eswatini, au Mozambique, en Namibie, au Zimbabwe et en Afrique du Sud, où plus de 20 000 personnes les consultent chaque jour. Les tableaux de bord fournissent des analyses nuancées au niveau local, notamment : 

  • une surveillance de la transmission de la COVID-19; 
  • la prévision de résurgences; 
  • l'identification de points chauds émergents et d'éclosions; 
  • l'identification des groupes de personnes présentant un risque plus élevé d'infection; 
  • l'élaboration de stratégies vaccinales très ciblées et par étapes pour les zones prioritaires; 
  • le suivi visant à s'assurer que les interventions de santé publique sont équitables et efficaces pour tous. 


Les chercheurs du projet utilisent les résultats pour éclairer les politiques relatives à la COVID-19 et les stratégies vaccinales, travaillant souvent directement avec les décideurs politiques et les groupes de travail nationaux. Ils utilisent également les résultats pour soutenir les stratégies de communication qui s'attaquent à la désinformation sur les vaccins, la prévention et les traitements pour la COVID-19, afin d'améliorer les connaissances des gens sur ce qui fonctionne et ce qui pourrait être dangereux.  

« Au début de la COVID-19, il y avait une énorme quantité de renseignements en Afrique, dont beaucoup étaient soit concurrents, soit contradictoires », a déclaré Jude Kong, professeur adjoint à l'Université York, au Canada, et directeur du Consortium Afrique-Canada pour l'innovation dans le domaine de l'intelligence artificielle et des données (ACADIC). « Nous nous sommes sentis obligés d'aider à fournir la justification scientifique des interventions de santé publique d'une manière que le profane peut comprendre. » 
 
M. Kong a déclaré que le succès du projet jusqu'à présent est attribuable à plusieurs facteurs : « L'engagement des parties prenantes, l'intelligence artificielle et la collaboration sont déterminants. Le " saut " d'idées nouvelles d'un pays à l'autre et d'une situation à l'autre, de même que les consultations avec les " chefs traditionnels ", les décideurs politiques et les organisations de la société civile, ont permis de combler les lacunes en matière de données et d'étayer nos modèles. » M. Kong a ajouté ceci : « Tout cela signifie que nous avons pu avoir accès à des données pertinentes au niveau local pour répondre aux rumeurs qui circulaient dans les groupes de médias sociaux africains sur la COVID-19, le traitement de la COVID-19 et les vaccins. » 

  
Un exemple du fonctionnement du projet de tableau de bord en Afrique du Sud est accessible ici.

Le projet est géré par l'ACADIC. Basé à l'Université York, ce consortium rassemble une équipe interdisciplinaire de scientifiques des données, d'épidémiologistes, de physiciens, de mathématiciens et d'ingénieurs en logiciels, ainsi que des experts en IA, en gestion de catastrophes et de situations d'urgence, en santé publique clinique, en science citoyenne et en participation communautaire. 

Le projet fait partie du programme de recherche sur IA et l'innovation en matière de données destiné aux pays du Sud en réponse à la COVID-19, qui soutient la recherche multidisciplinaire fondée sur des données probantes et axée sur les approches de l'IA et de la science des données pour contribuer à la lutte contre la pandémie, ainsi qu'au rétablissement post-COVID-19, dans les pays à revenu faible ou intermédiaire. Le programme est financé par le CRDI et l'Agence suédoise de coopération internationale au développement (ASDI), avec le soutien de Pulse Lab Jakarta (réseau Global Pulse des Nations Unies), de Gender at Work et de Ladysmith.