Aller au contenu principal

Utilisation de l’intelligence artificielle et des données contre la pandémie : nouveaux projets dans les pays du Sud

27 novembre 2020
L’intelligence artificielle (IA) peut-elle aider à prévoir les éclosions de COVID-19 et à alléger les restrictions de confinement ? Des innovations peuvent-elles maintenir les campus ouverts et favoriser la recherche des contacts ? L’IA peut-elle aider les victimes de violence sexospécifique liée aux confinements imposés en raison de la COVID-19 ? Ce ne sont là que quelques-unes des questions auxquelles le Programme d’IA destiné au pays du Sud en réponse à la COVID-19, qui est doté de 12.65 millions CAD, cherche à répondre.
Des cercles peints au sol à côté d’étals vendant de la nourriture pour que les gens respectent les règles de distanciation sociale pendant le confinement du coronavirus à Mumbai, dans le Maharashtra, en Inde.
Atul Loke/Panos Pictures

Le Programme d’IA destiné aux pays du Sud en réponse à la COVID-19 (initialement connu sous le nom de Programme d’innovation en matière de données et d’intelligence artificielle destiné aux pays du Sud en réponse à la COVID-19) est cofinancé par le CRDI et l’Agence suédoise de coopération au développement international (ASDI). Les neuf projets sélectionnés seront financés sur une période de 24 mois et couvriront un large éventail d’enjeux en Asie, en Amérique latine et en Afrique subsaharienne.

Les projets mobiliseront des consortiums multidisciplinaires qui utiliseront l’IA et la science des données pour combattre les effets négatifs de la COVID-19 et renforcer les systèmes de santé afin d’améliorer la réponse à la pandémie. Dans l’ensemble, l’initiative vise à approfondir la compréhension, chez les gouvernements, les praticiens de l’IA et le grand public, de la manière d’élaborer et de mettre à l’échelle des approches responsables et fondées sur des données probantes en matière d’IA et de science des données qui soutiennent la réponse à la COVID-19 et le rétablissement dans les pays en développement.

L’initiative s’attache particulièrement à faire en sorte que ces projets tiennent compte des sexospécificités et soient culturellement appropriés, adaptés aux communautés et fondés sur les besoins et les contextes locaux. Elle vise également à éclairer les politiques qui soutiennent et renforcent la confiance à l’égard des réponses aux épidémies qui s’appuient sur l’IA et la science des données et qui atténuent les méfaits potentiels. Enfin, elle vise à renforcer la capacité des systèmes de santé à répondre aux épidémies dans les pays en développement à l’aide de l’IA et des méthodes de la science des données.

« Ces projets devraient éclairer les politiques qui soutiennent et renforcent la confiance dans l’intelligence artificielle responsable et inclusive et dans les réponses à la COVID-19 qui sont fondées sur l’IA et les données », dit le président du CRDI, Jean Lebel. « Nous prévoyons également qu’ils renforceront les systèmes de santé dans des pays en développement et amélioreront la capacité à répondre à toutes sortes d’épidémies à l’avenir, en utilisant l’IA et les méthodes de la science des données. » 

L’appel à propositions en vue d’un financement, qui a été lancé en juin, a reçu 314 propositions. De ce nombre, 153 ont été jugées admissibles et ont été évaluées par un panel d’experts indépendants. Le panel a présélectionné 20 propositions et le CRDI et l’ASDI ont sélectionné les neuf projets retenus en fonction de leur note globale et de leur répartition thématique et géographique. Pour faire en sorte que les projets soient en mesure d’éclairer, en définitive, l’élaboration de politiques à tous les niveaux et d’instaurer la confiance dans les réponses apportées par l’IA et la science des données, ils ont été sélectionnés pour leur prise en compte des sexospécificités et des cultures, leur orientation vers la communauté et leurs considérations locales.

« Huit mois après le début de la pandémie mondiale, la COVID-19 continue d’affecter directement des vies dans le monde entier », déclare AnnaMaria Oltorp, chef de l’unité de coopération en matière de recherche de l’ASDI. « L’ASDI est heureuse de collaborer avec le CRDI à cette importante possibilité pour les chercheurs en technologie et en données de pays à revenu faible ou intermédiaire de relever les défis actuels de façon dynamique et de surveiller de près de futures éclosions. »

Aperçu des neuf projets :