Aller au contenu principal

La croissance inclusive l’emportera-t-elle ?

18 mai 2017

Jean Lebel

Président, CRDI
CRDI / Atul Loke

[view:perspectives_authors_pics]

Il existe un consensus mondial grandissant selon lequel les inégalités sociétales s’intensifient et sont devenues l’un des défis les plus importants de notre époque.

J’ai assisté récemment à une réunion au cours de laquelle des experts canadiens et étrangers ont abordé un thème relativement nouveau dans le domaine de l’élaboration des politiques : la croissance inclusive. Le terme est intéressant, car il insiste sur le fait que la croissance économique ne devrait laisser personne pour compte.

La déclaration faite dans le cadre du dernier budget fédéral sur l’égalité entre hommes et femmes indique clairement que le Canada est entré dans une ère de croissance inclusive. Dans le contexte du Canada, les orateurs ont présenté des politiques et des programmes tels que le transfert des prestations pour enfants, le développement des compétences de la main-d’oeuvre et l’investissement dans les infrastructures.

Dans le contexte étranger, un ancien ministre du Pérou a mentionné comment la pauvreté avait fortement reculé grâce à la coordination des réinvestissements dans le pays. Le Pérou a appris que le succès nécessitait de nombreuses expériences, une coordination solide, beaucoup de politiques différentes facilitant l’inclusion ainsi qu’une ferme volonté politique. Et ils ont en effet réussi à faire chuter en 12 ans, le taux de pauvreté du pays de 55 à 21 %, et le taux de pauvreté extrême, de 16 à 4 %.

Les participants ont laissé entendre que l’ensemble des composantes du gouvernement et de la société devait mieux collaborer et coordonner leurs activités afin d’assurer une croissance inclusive qui bénéficierait à tous. Mais pour y parvenir, nous devons améliorer notre compréhension et recueillir de nouveaux éléments de preuve.

Des représentants du Forum économique mondial, de Finances Canada, d’Oxfam, d’Affaires mondiales Canada, de la Fondation MasterCard et des universitaires conviennent que nous devons commencer à mesurer nos progrès plus efficacement et abandonner des indicateurs économiques désuets tels que le PIB.

Le rapport récemment publié du Forum économique mondial intitulé Inclusive Growth and Development Report (rapport sur la croissance et le développement inclusifs, en anglais uniquement) laisse entendre que l’on peut et que l’on doit y parvenir. L’Indice de développement inclusif (IDI) fournit une évaluation du niveau de développement et de rendement des pays qui est plus nuancée que celle que l’on peut obtenir en se fondant uniquement sur le PIB par habitant. Des mesures de l’égalité entre les hommes et les femmes sont intégrées dans l’évaluation et soulignent les avantages que l’on peut retirer de l’amélioration de l’accès des femmes aux débouchés et aux services.

Cela met également l’accent sur plusieurs priorités du CRDI. Ces mesures du succès doivent être peaufinées et être rendues facilement accessibles au public. Il est également essentiel que nous en apprenions davantage sur le moyen de déployer à plus grande échelle des innovations performantes. Si l’égalité d’accès aux débouchés et aux avantages de la croissance est décisive, ce programme doit également garantir la viabilité environnementale. Si nous voulons continuer à évoluer dans cette direction et réussir dans le domaine de l’élaboration de politiques complexes, veillons à ce que le grand public comprenne qu’un nouveau concept a vu le jour et que c’est une bonne nouvelle pour nous tous.

Personne ne devrait être laissé pour compte. La société civile, le gouvernement, le secteur privé et les chercheurs doivent se rassembler et oeuvrer ensemble à développer ce cadre prometteur. Mais qui a entendu parler de la croissance inclusive en dehors des cercles du développement international ? Continuons à étendre le débat et à documenter ce qui fonctionne et ne fonctionne pas afin de garantir que cette approche prometteuse perdure et est appliquée pour contribuer à créer un monde meilleur et plus égal pour nous tous.

La version originale anglaise de cette lettre éditoriale a été publiée dans The Hill Times le 15 mai 2017.

Jean Lebel est le président du CRDI.

Lire plus du même auteur