Aller au contenu principal

Pourquoi soutenir la recherche dans les pays du Sud ?

29 août 2018

Robert McLean

Spécialiste de programme principale

L’expansion des investissements publics, privés et philanthropiques dans la recherche pour le développement témoigne de la croyance mondiale en ce potentiel de transformation. Pourtant, ces investissements doivent s’accompagner de questions critiques. Nous voulons la meilleure recherche possible pour soutenir les progrès sociaux et naturels, mais comment savoir si une recherche est de haute qualité ? Et si nous pouvons établir en quoi consiste la qualité, comment nourrir l’envie d’une recherche de qualité ?

Les 50 ans d’expérience du CRDI en matière d’appui à la recherche pour le développement nous donnent l’occasion d’apporter des preuves à ces débats. Nous nous sommes donc efforcés de réfléchir et d’apprendre. Dans un effort récemment déployé, nous avons utilisé l'approche Qualité de la recherche Plus (QR+) pour effectuer une méta-analyse rétrospective de l’intégrité scientifique, de la légitimité, de l’importance et de l’utilité de 170 projets de recherche appuyés par le CRDI dans toutes les disciplines sociales et naturelles, et dans les établissements universitaires, publics et privés du monde entier.

Voici cinq observations sur la recherche pour le développement :

1. Pour qu’une recherche se démarque sur le plan scientifique, elle doit être utile

D’après notre analyse, il existe une forte corrélation positive entre l’intégrité de la recherche et son positionnement aux fins d’utilisation. Cela signifie que les chercheurs qui mènent des recherches rigoureuses s’assurent également que leurs travaux parviennent aux bonnes personnes, à temps et de manière à ce qu’ils puissent les utiliser efficacement.

Et alors ? Des recherches scientifiques de qualité mènent à des changements positifs. Faisons preuve de rigueur pour les mettre au service du développement.

Par exemple, en appliquant la nanotechnologie de pointe pour améliorer la sécurité alimentaire.

Les pertes après récolte de fruits et de légumes affectent les moyens de subsistance de millions d’agriculteurs en Inde et au Sri Lanka. Sur le plan économique, il a été estimé que ces deux pays peuvent perdre jusqu’à un milliard de dollars par an en mangues uniquement.

Pour relever ce défi, les chercheurs ont mis au point des innovations en nanotechnologie verte utilisant l’hexanal, un composé sécrété naturellement par les plantes endommagées. Les applications pratiques de la nanotechnologie, y compris les pulvérisateurs, les emballages et les innovations en matière de transport, améliorent la vie des gens en profitant directement aux revenus des agriculteurs, à la nutrition et à l’économie agricole en Asie du Sud et au-delà.

Media
L’Inde est le premier producteur mondial de mangues, mais certaines estimations indiquent que les producteurs peuvent perdre un tiers de leur récolte chaque année. La nanotechnologie hexanale réussit à préserver les fruits fragiles.
BARTAY

2. Le renforcement des capacités n’équivaut nullement à une faible rigueur scientifique

La recherche axée sur le renforcement des capacités ne doit pas être écartée sous prétexte qu’on vise l’excellence. En fait, c’est l’inverse qui est vrai : de nouvelles techniques peuvent émerger de jeunes chercheurs dans un domaine, et le mentorat et la formation peuvent avoir une influence positive sur l’intégrité et la rigueur.

Et alors ? L’innovation n’appartient pas qu’à l’élite et aux chercheurs accomplis. Il est temps d’encourager, d’appuyer et de valoriser de nouvelles voix dans le domaine scientifique.

Par exemple, plus de 95 % des Égyptiennes ont été victimes de harcèlement sexuel au moins une fois, mais la plupart de ces incidents ne sont pas signalés en raison de la stigmatisation sociale potentielle. Aujourd’hui, un réseau de jeunes chercheurs, de militants et de bénévoles adopte une nouvelle approche pour remédier à de vieux problèmes.

En combinant la messagerie texte avec un système de signalement anonyme en ligne, on a pu cartographier les lieux des incidents de harcèlement sexuel. Les données sont utilisées pour renforcer les programmes de sensibilisation communautaire et pour contrer les idées reçues, par exemple que le harcèlement se produit seulement la nuit. Leurs recherches contribuent à créer des collectivités plus sûres, à rendre les femmes autonomes et à amener les hommes à changer leurs comportements.

Media
HarassMap change les attitudes et autonomise les femmes en cartographiant les lieux et les types de harcèlement subis par les femmes au Caire.
IDRC/ Eman Helal

3. Les jeunes chercheurs innovent, mais ce sont les chercheurs locaux qui le font le mieux

Nous avons appris que les jeunes chercheurs regorgent d’idées brillantes et que le renforcement des capacités en vaut la peine, mais que le savoir local est encore plus précieux. Notre méta-analyse révèle que ceux qui sont le plus étroitement liés à un problème donné, ceux qui connaissent bien le contexte, sont les mieux placés pour trouver des solutions innovantes.

Et alors ? Même avec les meilleures intentions, personne n’est plus motivé à résoudre un problème que les personnes sur le terrain, celles qui ont un intérêt réel à trouver une solution.

On peut citer à ce propos l’exemple du Myanmar. Alors que le pays passe d’un régime militaire à la démocratie, les informations erronées abondent. Il s’agit d’une menace grave pour la paix et la sécurité.

Des voix locales jouent un rôle crucial pour contrer cette menace en faisant connaître les faits sur le terrain. Les chercheurs du Myanmar utilisent cette information pour étudier comment les technologies sociales et numériques permettent de couper court aux rumeurs et de protéger les personnes et les collectivités contre la désinformation.

Media
Le projet Sentinel avait pour objectif de démontrer le potentiel des médias sociaux et des messages texte pour surveiller et contrer la désinformation.
IDRC / Minzayar Oo

4. La qualité entraîne la qualité

Qu’est-ce qu’une recherche de haute qualité ? Pour le CRDI, une recherche de haute qualité est à la fois intègre, pertinente pour les parties prenantes et le contexte et importante sur le plan scientifique, et pouvant être appliquée. Avoir tous ces éléments dans un projet ou un programme nécessite certainement un investissement, mais il est possible de concevoir et de mener une recherche pour le développement qui englobe tous ces éléments. De plus, les données démontrent que la qualité s’améliore elle-même selon ces aspects.

Et alors ? Ceux qui font de la recherche pour le développement, qui la financent ou qui l’utilisent doivent être exigeants. Qui ne demande rien n’a rien : il faut exiger plus sur chaque aspect de la qualité.

La recherche sur l’adaptation aux changements climatiques est essentielle, particulièrement pour ceux qui habitent dans des points névralgiques où la variabilité du climat s’ajoute à la pauvreté et à la vulnérabilité. L’Himalaya est l’un de ces points : il compte plus de 200 millions d’habitants et il est la principale source d’eau de 1,3 milliard de personnes qui vivent en aval.

Au Pakistan, des chercheurs travaillent à la conception de pompes d’irrigation solaires qui sont à la fine pointe de la technologie, tout en étant abordables pour les petits et moyens agriculteurs. En travaillant en étroite collaboration avec les collectivités et les décideurs, du niveau local au niveau national, les chercheurs s’assurent que ces pompes peuvent faire une réelle différence dans la vie des gens en étant pertinentes, en incluant le savoir-faire local et en permettant d’agir sur le terrain.

Media
Les pompes à eau solaires améliorent la résilience des agriculteurs pakistanais au changement climatique.
IDRC / Tom Pilston

5. Tous les indicateurs montrent la qualité de la recherche menée dans le Sud

Il ne faut pas s’étonner que la recherche menée dans les pays du Sud soit la plus utile et la plus légitime pour relever les défis du développement de ces pays. Toutefois, les données indiquent que la recherche pour le développement (par opposition aux recherches dans les pays du Nord ou en partenariat Nord-Sud) est souvent la plus solide, la plus originale et la plus pertinente sur le plan scientifique.

Et alors ? L’internationalisation de la science est un objectif mondial ambitieux et important. Quand les pays du Sud seront à cette table, soyez prêts à écouter et à apprendre.

Le séisme qui a frappé Haïti en 2010 a entraîné la destruction de 28 des 32 universités du pays, et le décès ou le départ d’un grand nombre de professeurs et d’étudiants. Dans ce type de situations difficiles, les solutions locales sont primordiales. Investir dans la capacité de recherche haïtienne, par l’intermédiaire de cours de deuxième et de troisième cycles, est une façon de s’assurer que les connaissances, l’innovation et les solutions de haute qualité dirigées par des Haïtiens feront partie de l’avenir.

Media
Les cours de deuxième cycle menant à des diplômes de maîtrise et de doctorat sont une étape importante pour le développement durable d’Haïti.
IDRC / Shiho Fukada

Apprenez-en davantage sur la Qualité de la recherche Plus (QR+) et sur la façon dont cette approche novatrice est utilisée pour améliorer l’appui du CRDI à la recherche pour le développement.

 

Robert McLean est spécialiste de programme principal au sein de la Division des politiques et de l’évaluation du CRDI.