Aller au contenu principal

Réfugiés syriens : De l’intervention en cas de crise aux occasions favorables

26 juin 2017

Roula El-Rifai

Spécialiste de programme principale

L’accueil de plus de 30 000 réfugiés syriens au Canada au cours de l’année reflète les valeurs communes et l’esprit de générosité des Canadiens et des collectivités, des entreprises et des gouvernements de partout au pays.

Le mois dernier, le premier ministre Justin Trudeau a réitéré l’engagement du pays auprès de l’Assemblée générale des Nations Unies lorsqu’il a annoncé que le gouvernement du Canada augmentera son aide humanitaire de 10 pour 100 au cours du présent exercice financier. De plus, le premier ministre a annoncé un nouveau financement pluriannuel de plus de 64,5 millions de dollars pour venir en aide aux personnes touchées par les crises humanitaires partout dans le monde.

Maintenant que les nouveaux arrivants syriens se trouvent en sécurité au Canada, ils peuvent commencer à reconstruire leurs vies. Maintenant que l’attention se détourne de la gestion des arrivées massives de réfugiés vers l’intégration des familles, et plus particulièrement des jeunes, nous constatons un besoin important de collaboration, de recherche et de partage des connaissances sur les pratiques exemplaires, au Canada et dans le monde. Pour offrir des possibilités réelles de réussite aux réfugiés, il faut vraiment comprendre les obstacles auxquels ils font face et le meilleur moyen de les surmonter.

Plus de la moitié des familles syriennes nouvellement arrivées au Canada sont composées de cinq à huit membres, et 56 pour 100 des arrivants sont des enfants âgés de 14 ans et moins. D’après ce que nous savons déjà, le profil de ces nouveaux arrivants révèle qu’ils pourraient éprouver des difficultés à trouver un emploi et un logement, à avoir accès à l’éducation et à s’intégrer dans la société.

Nous avons besoin de plus de connaissances pour traiter des enjeux comme l’emploi et le perfectionnement des compétences, l’isolement des femmes à la maison et l’aliénation des jeunes sur le plan social. Les chercheurs au Canada affirment avant tout qu’il nous faut une étude longitudinale pour établir un lien entre les données sur l’éducation et la santé et les données du gouvernement fédéral et des provinces, ainsi qu’une approche mieux coordonnée de la recherche afin de mesurer et de suivre les besoins et les progrès de ces nouveaux arrivants.

Le Centre de recherches pour le développement international (CRDI) soutient depuis longtemps les recherches sur les questions touchant les réfugiés et l’immigration. Les consultations formelles et informelles que nous avons tenues auprès de chercheurs, de décideurs, de praticiens et de membres du corps diplomatique ont montré clairement que, pour répondre aux besoins des réfugiés, il faut pouvoir compter sur la collaboration internationale, sur une approche d’intervention rapide et sur l’engagement des collectivités locales.

Le CRDI évalue actuellement dans quelle mesure il peut contribuer aux efforts à l’échelle mondiale et appuyer les instances locales dans leur capacité à gérer la crise des réfugiés au Liban et en Jordanie, où les arrivées de Syriens ont fait gonfler la population de 20 pour 100 et de 10 pour 100, respectivement. Ces pays et d’autres pays hôtes du Moyen-Orient ont besoin de moyens novateurs pour fournir aux réfugiés des services de base, améliorer les conditions dans les camps et les maisons surpeuplées, donner aux réfugiés la parole et un rôle dans leur propre développement et relancer la croissance économique. L’objectif est de collaborer avec d’autres bailleurs de fonds en vue de financer des programmes qui amènent les citoyens et les réfugiés syriens à travailler ensemble au développement de leur communauté.

Le CRDI soutient déjà un projet visant à améliorer l’accessibilité et la qualité de l’apprentissage pour les enfants réfugiés et les enfants des collectivités d’accueil, autant à l’intérieur qu’à l’extérieur des salles de classe, en recourant à des mesures d’apprentissage numérique novatrices. Conçus pour être flexibles et faciles à déployer, ces ressources et outils éducatifs numériques seront élaborés et mis à l’essai tout d’abord dans 25 écoles du Liban et de la Jordanie.

Les sociétés qui accueillent des réfugiés en tirent des avantages puisque ces derniers collaborent activement à la croissance et à la vigueur des collectivités. Une approche fondée sur la collaboration qui mise sur les données probantes aidera le Canada et la communauté internationale à dépasser l’étape de l’intervention en cas de crise pour se diriger vers le partage de la responsabilité de préserver la dignité humaine.

La version originale anglaise de cette lettre éditoriale a été publiée dans The Huffington Post le 25 avril 2017.

Roula El-Rifai est Spécialiste principale de programme au CRDI. 

Lire plus du même auteur