Aller au contenu principal

Santé, ODD, et politiques publiques — le rôle des établissements de recherche sur les politiques

23 août 2017

Peter Taylor

Directeur, Développement stratégique, CRDI

Le début d’une aventure

Le British Medical Journal (BMJ) a publié un éditorial intitulé Accelerating achievement of the sustainable development goals. L’article s’appuyait sur des idées qui ont été exprimées au cours d’une réunion - organisée à Genève par l’Institut de hautes études internationales et du développement de Genève - qui regroupait plus de 60 établissements universitaires et établissements de recherche sur les politiques s’efforçant d’améliorer les résultats en matière de santé.

Les participants ont conclu que les établissements de recherche sur les politiques en santé et les groupes de réflexion sont des acteurs clés en ce qui a trait aux liens entre l’élaboration des politiques et les connaissances dans le domaine de la santé, en grande partie en raison de leur engagement et de leurs recherches de grande qualité en lien avec les politiques; de leur capacité de suivre et de surveiller les progrès concernant la mise en oeuvre des politiques; et en tant qu’espaces pour le dialogue sur les politiques et l’établissement de liens entre les efforts nationaux et mondiaux portant sur les ODD.

Cette première réunion a suscité un élan et un enthousiasme importants. Toutefois, celle-ci a également mis en évidence un danger : même si les ODD pourraient changer les règles du jeu dans le domaine de la santé mondiale, « si les objectifs du Millénaire pour le développement ainsi que les autres objectifs mondiaux sont une quelconque indication, les progrès initiaux seront lents. Les répercussions de cette action lente seront vraisemblablement mesurables en nombre de décès. »

Ainsi, pour relever ce défi, les participants ont fait passer le message fort suivant : le partage des connaissances, le renforcement des capacités et l’innovation devront être intentionnellement appuyés et soutenus à l’échelle de l’ensemble du Programme de développement durable à l’horizon 2030, sinon les progrès accomplis en vue d’atteindre les ODD liés à la santé pourraient être gravement compromis.

Certaines questions difficiles destinées aux organismes de réflexion et aux établissements de recherche sont ressorties des discussions :

  • Dans le contexte de la santé mondiale, les établissements de recherche sur les politiques peuvent-ils vraiment aider à catalyser les progrès réalisés en vue d’atteindre les ODD ?
  • Leur participation dans l’élaboration de politiques plus larges est-elle suffisante ou possible?
  • Peuvent-ils mesurer les résultats des politiques, cerner les facteurs déterminants du succès, et agir à titre de courtiers du savoir ?
  • Est-ce qu’ils donneront la parole à la société civile en veillant à ce que les gouvernements et les instances multilatérales rendent des comptes ?
  • Comment peuvent-ils contribuer à renforcer les systèmes de soins de santé nationaux et mondiaux en aidant à stimuler, à mesurer, à évaluer et à diffuser l’innovation en temps opportun ?
  • Comment pourraient-ils catalyser l’action en aidant à combler l’écart nord-sud en facilitant l’établissement de davantage de partenariats « Sud-Sud » et en diffusant à grande échelle les meilleures idées, peu importe d’où ils proviennent ?

Pourquoi est-ce important maintenant ?

Les « 1000 premiers jours » de la mise en oeuvre ont été désignés comme étant essentiels pour la réussite des ODD. Pour éviter la dangereuse perception selon laquelle il reste amplement de temps pour agir avant 2030, le Centre de recherches pour le développement international (CRDI) et l’Initiative Think tank (TTI), en étroite collaboration avec l’Institut universitaire de hautes études internationales de Genève ainsi que d’autres partenaires, ont tenu une série de consultations régionales et mondiales à Genève, à Berlin, à Rio de Janeiro, à Vancouver, à Islamabad, à Londres, à Montréal et, plus récemment, dans le cadre d’une réunion des représentants de l’Afrique de l’Ouest à Dakar, au Sénégal.

Media
Carte du monde

Un véritable sentiment d’urgence

Ces consultations ont communiqué un véritable sentiment d’urgence : il est évident que les processus d’élaboration des politiques ne peuvent plus être considérés comme des pratiques courantes. Il existe un besoin pressant de mettre en œuvre la réflexion et la collaboration nécessaires pour catalyser les progrès réalisés en vue d’atteindre les objectifs de développement durable (ODD).

Les politiques relatives à la santé constituent un point d’entrée très important pour atteindre les ODD qui sont de nature interdisciplinaire et plurisectorielle, étant donné leur interrelation avec les déterminants sociaux comme le revenu, l’emploi, la sécurité alimentaire, l’éducation, le sexe, l’eau et l’assainissement, ainsi que le climat.

Le mot d’ordre des ODD, soit « ne laisser personne derrière », s’applique d’une manière décisive aux inégalités omniprésentes en matière de santé qui posent problème à tous les pays. Il sera possible de ne laisser personne derrière uniquement si les plus marginalisés participent aux discussions portant sur la façon de remédier aux inégalités sur le plan de la santé. De plus, comme Kickbusch le mentionne dans le premier article de cette nouvelle série d’articles qui paraîtront dans le BJM, sans une bonne gouvernance en matière d’élaboration des politiques de santé, combinée à un soutien des politiques de santé, combinée à un soutien adéquat aux établissements de recherche sur les politiques qui produisent continuellement des données probantes, des renseignements et des analyses de grande qualité – les progrès souhaités en vue d’atteindre les ODD ne pourront peut-être pas être réalisés.

Poursuivre le dialogue

Pour aider à relever ces défis, le CRDI et l’Institut universitaire de hautes études internationales ont contribué à appuyer l’émergence d’un nouveau réseau collectif mondial appelé « THINK_SDGs » (Think Tanks, Health policy Institutions, Networks, and Knowledge), qui vise à collaborer pour produire et partager des connaissances, et à combiner les efforts déployés par ceux qui travaillent à l’échelle locale, régionale, nationale et mondiale.

En tant qu’élément clé de son intervention, le CRDI comprend que l’engagement public est essentiel; il est donc très heureux de collaborer avec le BMJ et le réseau THINK_SDGs afin d’appuyer une série d’articles qui comprendront un cadre directeur pour les chercheurs en politiques cherchant à catalyser les progrès réalisés en vue d’atteindre les ODD liés à la santé; un examen des liens entre la santé et le commerce , en utilisant une étude de cas portant sur la résistance aux antimicrobiens; ainsi qu’un exemple tiré du Guatemala qui illustre les façons dont les citoyens peuvent participer activement aux mécanismes de reddition de comptes liés aux ODD.

Cet article a été publié sur le blogue bmjopinion le 24 juillet 2017.

Peter Taylor est le directeur associé de l'Initiatives Think tank au CRDI. 

Lire plus du même auteur