Aller au contenu principal

Accroître les connaissances et les technologies d’adaptation aux changements climatiques pour autonomiser les femmes et renforcer la résilience

Le Bangladesh est reconnu comme l’un des quatre pays les plus vulnérables aux effets des changements climatiques et des catastrophes naturelles. Cela tient à sa situation géographique unique, à la prédominance des plaines inondables, à la faible altitude, à la forte densité de population, à la pauvreté et à la dépendance écrasante sur la nature, ses ressources et les services. Le pays a connu des événements climatiques extrêmes qui ont fait des millions de victimes et ont anéanti les gains réalisés dans le passé en matière de développement.

Malgré les efforts déployés dans le passé pour perfectionner et mettre à l’essai les connaissances ainsi que les stratégies et les technologies d’adaptation, certaines lacunes importantes demeurent. On peut citer notamment l’insuffisance des recherches sur la participation communautaire et les répercussions sociales et sexospécifiques des mesures d’adaptation aux changements climatiques; la lenteur de l’adoption et de l’élargissement des connaissances et des technologies en matière d’adaptation; l’absence de coordination et d’intégration intersectorielles; l’absence de promotion systématique des innovations en matière d’adaptation pour assurer la durabilité.

Le projet vise à améliorer la compréhension de l’ensemble complexe de facteurs qui exacerbent les effets différenciés des changements climatiques; à réduire les inégalités sociales et iniquités entre les sexes grâce à des connaissances et des technologies novatrices en matière d’adaptation aux changements climatiques dans les secteurs de l’eau et de l’agriculture; à renforcer et à coordonner l’intégration institutionnelle en accroissant la sensibilisation et le renforcement des capacités; et à renforcer l’application des technologies et politiques recommandées en favorisant la mise en oeuvre des recherches, le dialogue politique, la coordination entre secteurs gouvernementaux concernés et autres parties prenantes.

Quatre interventions de recherche-action dans le domaine de l’eau et de l’agriculture seront mises à l’essai en vue d’une éventuelle mise à l’échelle. Plus de 12 000 bénéficiaires directs découvriront et adopteront des technologies d’adaptation au changement climatique appropriées au contexte local qui favorisent l’équité sociale et l’équité sexospécifique et renforcent la résilience des collectivités face aux catastrophes. Le projet devrait également toucher 1,6 million de bénéficiaires indirects de plus. Tout au long du projet, l’accent sera mis sur l’autonomisation des femmes, des jeunes ou des étudiants et des familles défavorisées en améliorant leurs connaissances, leur savoir-faire technique et leurs possibilités et compétences en termes de génération de revenus.

No projet
108960
État du projet
Actif
Durée
36 months
Agent(e) responsable du crdi
Bruce Currie-Alder
Financement total
CA$ 590,000.00
Emplacement
Bangladesh
Programmes
Systèmes alimentaires résilients au climat
Systèmes alimentaires résilients au climat
Changements climatiques
Pays de l’institution
Bangladesh
Institution
Bangladesh Centre for Advanced Studies
Pays de l’institution
Canada
Chargé(e) de projet
C. Haque
Institution
The University of Manitoba
Pays de l’institution
Bangladesh
Chargé(e) de projet
Sharmind Neelormi
Institution
Bangladesh Centre for Advanced Studies

Résultats

Social learning-based disaster resilience : collective action in flash flood-prone Sunamganj communities in Bangladesh

Article

Despite widespread recognition that social learning can potentially contribute toward enhancing community resilience to climate-induced disaster shocks, studies on this process remain few and far between. This study investigates the role of local institutions (formal, informal, and quasi-formal) in creating learning arenas and translating social learning into collective action in flash flood-prone Sunamganj communities in Bangladesh. We follow a Case Study approach using qualitative research methods. Primary data were collected through 24 key informant interviews, 10 semi-structured interviews, six focus-group discussions, and two participant observations events. Our results reveal that the diversity and flexibility of local-level institutions creates multiple learning platforms in which social interaction, problem formulation, nurturing diverse perspectives, and generating innovative knowledge for collective action can take place. Within these formal and informal learning arenas, communities’ desire and willingness to be self-reliant and to reduce their dependency on external funding and assistance is clearly evident. Social learning thus paves the way for institutional collaboration, partnership, and multi-stakeholder engagement, which facilitates social learning-based collective action. Nurturing institutional diversity and flexibility at the local level is therefore recommended for transforming social learning into active problem-solving measures and to enhance community resilience to disaster shocks.

Auteur ou autrice(s) : Azada, M. Abul Kalam, Haque, C. Emdad, Choudhury, Mahed-Ul-Islam