Aller au contenu principal

L’organisation des femmes et l’impact sexospécifique de l’extrémisme violent au Sri Lanka, en Indonésie et en Inde

Plusieurs pays asiatiques sont actuellement témoins de nouvelles vagues d’extrémisme violent. Non seulement y a-t-il une augmentation de la violence, mais les cadres de fonctionnement des organisations extrémistes se sont élargis pour inclure la participation des jeunes femmes aux actes de violence. Des attaques brutales sont commises au nom de diverses religions sur des écoles, des lieux de culte et des gares très fréquentées.

Les analyses et les réponses politiques à cet extrémisme violent en croissance ont souvent été limitées à des perspectives de lutte contre le terrorisme centrées sur l’État et axées sur la sécurité des frontières, la collaboration militaire et la justice pénale punitive. Cependant, la violence perpétrée par des groupes extrémistes ne constitue pas l’unique façon dont l’extrémisme violent se manifeste. Il s’exprime aussi quand des personnes s’inspirent d’idéologies extrêmes. Combattre ce type de violence signifie comprendre les acteurs, leurs motivations et les effets sur la vie des gens ordinaires. Des efforts limités ont été déployés pour comprendre les façons dont l’extrémisme violent nuit à la vie des gens ordinaires, et on en sait encore moins sur son incidence sur les femmes et les filles. Les études et les politiques ne comptent aucune perspective sexospécifique de l’extrémisme violent.

Ce projet abordera l’extrémisme violent dans une perspective de genre, en mettant l’accent sur ses effets sur la vie des femmes. La recherche portera sur la façon dont les jeunes femmes ont vécu et composé avec les forces de l’extrémisme violent dans leur vie, personnellement et dans le contexte du mariage, de la famille, de la collectivité et de la nation, et sur la façon dont elles ont participé à l’extrémisme violent ou y ont résisté en s’organisant et en se mobilisant. La recherche contribuera à l’élaboration de stratégies fondées sur les droits, y compris des stratégies préventives pour lutter contre l’extrémisme violent grâce au leadership des femmes.

Le projet permettra d’élaborer un nouveau cadre féministe pour l’observation et l’analyse de l’extrémisme violent et de trouver de nouvelles façons d’établir des ponts avec les collectivités et les personnes dont la collaboration est essentielle pour le combattre. Enfin, le projet élaborera de nouvelles directives politiques pour les interventions nationales et internationales en mettant au premier plan l’expérience des femmes en tant que victimes, mais aussi comme participantes et résistantes à celui-ci.

Project ID
109231
Project Status
Actif
Duration
30 months
IDRC Officer
Roula El-Rifai
Total Funding
CA$ 400,000.00
Location
Inde
Indonésie
Sri Lanka
Programmes
Gouvernance démocratique et inclusive
Gouvernance et justice
Institution Country
Sri Lanka
Project Leader
Kumudini Samuel
Institution
Women and Media Collective