Aller au contenu principal

Analyser l’impact de la désinformation COVID-19 en Afrique

26 juillet 2022

Les mensonges généralisés sur la COVID-19 ont entravé la capacité des décideurs africains à mettre en place des politiques fondées sur des preuves et des interventions efficaces pour lutter contre la pandémie. Cela affecte négativement les mesures de santé publique et entraîne des décès supplémentaires. Dans un même temps, l’ampleur de cette « désinfodémie » souligne l’importance de renforcer les relations entre les chercheurs et les décideurs africains. 

Voici quelques-unes des conclusions de deux études financées par le CRDI sur la mésinformation sur la COVID-19 (définie comme de faux renseignements créés ou diffusés sans intention malveillante) et la désinformation (lorsque de faux renseignements sont diffusés délibérément pour semer la confusion ou manipuler les gens) et leur impact sur l’opinion publique, les politiques et la prise de décisions en Afrique (en mettant l’accent sur l’Afrique de l’Ouest et du Centre). 

« À l’heure d’une pandémie mondiale, nous avons réalisé que la mésinformation est très dangereuse », a déclaré Marthe Penka Bogne, chercheuse à eBASE Africa et auteure de l’une des études. « Cela limite en fait la vitesse à laquelle les preuves scientifiques sont prises en compte dans les politiques et les pratiques. » 

Mme Bogne a présenté les résultats de l’étude lors d’un webinaire organisé par le CRDI sur l’Afrique et la « désinfodémie » de la COVID-19 (les mensonges qui alimentent la pandémie et ses effets). L’objectif était de discuter des résultats des études, de partager des points de vue sur les stratégies visant à lutter contre la désinformation et la mésinformation et d’identifier d’autres pistes de recherche pour résoudre le problème. 

Les réseaux sociaux, principaux vecteurs de mésinformation 

Lors des précédentes crises sanitaires en Afrique, telles que le virus de l’immunodéficience humaine (VIH) dans les années 1980 et Ebola au début des années 2000, des vagues de faux renseignements ont également été observées. Mais, comme indiqué dans les deux études, l’étendue et l’impact des mensonges ont été beaucoup plus prononcés – et beaucoup plus toxiques – pendant la pandémie actuelle en raison d’une confluence de facteurs, en particulier l’omniprésence des médias sociaux. 

Les études ont noté que la prolifération des technologies numériques et la puissante influence des médias sociaux en Afrique ont rendu plus difficile la distinction entre l’information et la désinformation – et les informations factuelles des fausses informations. Cela rend plus difficile pour le grand public de prendre des décisions éclairées concernant leur santé et la COVID-19. 

Parmi les autres facteurs identifiés comme influençant la propagation de la mésinformation liée à la COVID-19 dans la région figurent la méfiance à l’égard du gouvernement et de ses institutions, l’aspect nouveau de la maladie, les facteurs religieux, les croyances culturelles et les théories du complot, les médias sociaux fournissant la plate-forme permettant à ces théories néfastes de se développer. 

Au cours du webinaire, le chercheur indépendant Asaah Ndah Asongwed, auteur de la deuxième étude, a mis en évidence les résultats d’enquêtes illustrant l’ampleur des mensonges liés à la pandémie en Afrique, y compris les théories du complot sur les origines de la maladie. Se référant à une enquête menée auprès de 452 personnes en Afrique de l’Ouest dans le cadre de ses recherches, le rapport de M. Asongwed indique qu’une « partie non négligeable de l’échantillon de l’enquête croit aux mensonges concernant la COVID-19 ». 

Décès directement liés aux mensonges sur la COVID-19 

Les études ont identifié plusieurs conséquences néfastes de la mésinformation et la désinformation en Afrique. Par exemple, la propagation de faussetés sur les origines, les symptômes, les méthodes de transmission et les traitements de la maladie a constitué une menace importante pour la santé publique. Elle a entravé les campagnes de vaccination dans les pays africains et réduit la volonté des populations de se conformer aux mesures sanitaires, avec des conséquences parfois mortelles. 

Citant un rapport de l’Organisation mondiale de la santé (OMS) qui estimait que près de 6 000 personnes dans le monde avaient été hospitalisées en raison de la mésinformation sur la COVID-19 au cours des trois premiers mois de 2020, M. Asongwe a expliqué que de faux renseignements avaient entraîné la mort de centaines de personnes. Par exemple, des personnes ont ingéré du méthanol toxique, croyant à tort que l’alcool hautement concentré pourrait guérir la COVID-19. 

En outre, le manque de preuves étayées par la recherche dans l’élaboration des politiques peut entraîner une mauvaise prise de décisions, selon l’étude eBASE. En effet, sans accès rapide aux preuves scientifiques, les décideurs ont tendance à se concentrer davantage sur les préoccupations, les intérêts et les pressions du public plutôt que sur l’adoption des meilleures politiques fondées sur la recherche pour faire face à une situation critique, selon l’étude. 

Media
Laboratoire avec les étudiants d'Edith Amuhaya à la United States International University, Nairobi

Mieux utiliser les données de la recherche pour une élaboration de politiques judicieuses 

La recherche a décrit plusieurs mesures pour lutter contre la mésinformation et la désinformation, y compris l’utilisation de la narration, identifiée comme un aspect important de la culture africaine. La narration peut réduire la complexité des découvertes scientifiques afin que les communautés analphabètes puissent également avoir accès aux preuves de la recherche, ont noté les études. 

Le renforcement de la relation entre les chercheurs et les décideurs était une autre recommandation ressortant des études. Les décideurs ont été encouragés à travailler en réseau avec des instituts de recherche afin de mieux utiliser les données de la recherche pour la prise de décisions politiques. 

D’autres recommandations incluent la promotion de la culture médiatique et numérique et l’utilisation constructive des médias, l’engagement avec les dirigeants communautaires et locaux pour renforcer la confiance entre les citoyens et les autorités, l’utilisation des langues locales, l’intégration de la pensée critique dans le programme scolaire et la promotion de l’utilisation des plates-formes et des organisations de vérification des faits. 

« Une chose qui nous préoccupait vraiment pendant cette pandémie était le fait que les renseignements corrigés ont tendance à ne pas voyager aussi loin que la mésinformation originale, nous essayons donc toujours de rattraper la mésinformation qui se propage », a déclaré Hlalani Gumpo, panéliste au webinaire et responsable de l’impact chez Africa Check. Elle a déclaré que l’intelligence artificielle était un outil important pour aider à accroître la capacité des organisations de vérification des faits et contrer les effets néfastes de la mésinformation. 

Alors que les conditions en Afrique ont fourni un terrain fertile pour la propagation de la désinformation nocive dans les communautés et au-delà des frontières, un autre intervenant du webinaire a souligné que le continent a également fourni à d’autres parties du monde de précieuses leçons apprises et les meilleures pratiques pour lutter contre le phénomène. 

En particulier, la capacité créée au sein de certaines organisations non gouvernementales africaines pour lutter contre les mensonges « devrait inspirer les organisations de la société civile dans d’autres endroits à faire quelque chose de similaire », a déclaré Sergio Cecchini, coordinateur de l’Alliance pour la réponse à l’infodémie en Afrique au Bureau régional de l’OMS pour l’Afrique. Il a fait remarquer que l’« approche militante » utilisée par les entités de vérification des faits en Afrique était plus répandue et plus solide que sur les autres continents. « Nous n’avons pas ces groupes en Europe, par exemple », a déclaré M. Cecchini. 

Le président du CRDI, Jean Lebel, qui a animé le webinaire, a déclaré que la collaboration entre les intervenants était essentielle pour contrer les effets négatifs de la mésinformation et de la désinformation et atténuer l’impact dévastateur de la maladie sur les vies et les moyens de subsistance. 

« Quels que soient les moyens et les outils nécessaires, nous devons travailler ensemble, a déclaré Lebel. Ce n’est qu’ainsi que nous pourrons lutter contre l’infodémie et que nous pourrons lutter contre ce fardeau de la maladie et des décès. » 

Les deux études ont été financées par le Prix Rachel DesRosiers des anciens, soutenu par des contributions privées d’anciens employés du CRDI. 

Les études complètent une analyse plus large financée par le CRDI sur les efforts visant à contrer le « trouble de l’information » dans les pays du Sud, en mettant l’accent sur la façon dont la pandémie de COVID-19 a aggravé le problème. En plus de la mésinformation et de la désinformation, l’analyse a exploré l’impact de la malinformation (lorsque des renseignements, qu’ils soient factuels ou faux, sont partagés pour causer des dommages, souvent en déplaçant des renseignements conçus pour rester privés dans la sphère publique). 

Un enregistrement du webinaire peut être consulté sur le site Web du CRDI. 

En savoir plus sur nos efforts inclusifs de réponse et de rétablissement au COVID-19.